Home/Doctorat

Doctorat

J’ai passé 4 ans à Adélaïde en Australie Méridionale pour obtenir mon doctorat en 2014. Le doctorat par recherche en philosophie spécialisé en verre d’art a été une expérience extrêmement enrichissante tant au niveau humain que pour l’évolution de mon travail. Ma thèse intitulée In Vitro: Investigating time through the perception of the invisible m’a permit d’approfondir ma recherche sculpturale en situant celle-ci dans le contexte de l’art actuel. Mon travail a été influencé par mon temps en Australie, il s’est épuré à l’image du paysage Australien.

La vue de l’art peut causer une onde de choc somatique comme celle que l’on reçoit comme enfant, lorsqu’on se met à courir vers le camion de crème glacée, après avoir entendu sa cloche, pour réaliser trop tard que c’est plutôt un camion d’aiguisage de couteaux.

Caroline Ouellette

Une expérience d’anticipation

En tant que membre d’une troupe de théâtre collégiale, la metteur en scène avait demandé aux participants de performer l’exercice simple suivant. Les instructions étaient d’aller sur scène, chacun son tour, de ne rien faire et de voir se qui arriverait.

Une fille dans le groupe, suivant les instructions, est allée sur scène, s’est assise et a attendue. Au départ, elle nous regardait avec ses grands yeux timides. Elle attendait en ricanant de son embarras.  On ne nous demande pas souvent au cours d’une vie de ne PAS performer. Mais elle est restée assise et a attendue pendant que nous étions témoins de la tension qui montait en elle.

Un projecteur l’éclairait de derrière en créant une ombre franche en face d’elle, rendant sa présence remarquable, immense. Aussitôt qu’elle l’aperçu, elle l’a traça d’un mouvement délicat. Ensuite, elle sembla la laver. Elle la baigna. Et puis, elle tenta de l’effacer avec sa main.

Mais dans le faisceau de lumière vive, l’ombre ne voulait pas disparaitre; elle la prolongeait, l’alourdissait. Graduellement, son ricanement se transforma en gémissement. En fait, plus elle essayait frénétiquement d’effacer son ombre, plus elle devenait présente devant nous, énorme de par sa gesticulante présence, à la fois dans son corps et son ombre; tellement présente que c’était insoutenable, comme de regarder quelqu’un se noyer. Nous aussi, les spectateurs, sentions sa détresse en face de sa présence agonisante, et désirions son absence. 

Suivez-moi sur Twitter! Follow me on twitter!
Suivez-moi sur Facebook! Follow me on Facebook!